Le Dr G pet un scan     jeudi 14 avril 2005

« Tout genre de polémique est dès le début étranger à l’attitude de la pensée. Le rôle du polémiste n’est pas celui de la pensée. Puisque la pensée ne pense que lorsqu’elle suit ce qui parle pour une chose. Toute parole de défense n’a ici d’autre sens que celui de protéger la chose » (Heidegger)

« Laisse béton !» (Renaud)

Le Dr G qui vient de passer quelques jours en Provence,  a été abordé sur un marché du Lubéron ( La tour d’Aigues, pour être précis) par un charmante quinquagénaire…remarquez que l’adjectif charmant se trouve employé pour des personnes d’âge de plus en plus avancé … le charme vieillit en même temps que le Dr G... Bref cette alerte personne lui remet un tract signé du comité de défense de l’hôpital de Pertuis qui est le bourg voisin et que lit-il sur le dit tract ? … que le comité de défense de l’hôpital dont la persistance semble menacée demande l’installation d’un scanner….

Ah le scanner ! Mot magique dans les chefs lieux d’arrondissement…qui plongea le Dr G dans une rêverie nostalgie. Il se voit encore arborer un T SHIRT Scan-quequ’chose dans le couloir d’un hôpital à peine plus gros où il sévissait quand il était plus jeune et que le charme féminin s’arrêtait alors pour lui à la trentaine. Scanner : mot consensuel qui rassemblait autour d’un stand du marché du vendredi : le directeur de l’hopital, le président de CME, quelques chefs de service, le curé, le pasteur et le maire (le temps que la presse prenne la photo) autour de ces magnifiques T shirt aux couleurs vives virevoltant tels des oriflammes sous la bise des Vosges du Nord et dont le profit de la vente a du alimenter 0,05% du prix dudit scanner…..

Remarquez que pour réunir votre maire, votre conseiller général, Monsieur le Directeur dans des conditions voisines il faut prononcer maintenant le mot « IRM »…

Car peut-être ne le savez-vous pas ignares gynécologues qui plus est obstétriciens (d’ailleurs c’est la seule fonction qui vous restera nous autres hospitaliers bientôt…)… peut être ne le savez-vous pas vous dit le Dr G mais ne le répétez pas chut…. l’imagerie soigne !!!! 

Un coup de barre un scanner est ça repart…  Le Dr G. va vous le prouver…

Paranoïaque comme tout le corps médical, le Dr G prend des notes dans des carnets noirs qu’il tient cachés au fond de tiroirs poussiéreux et justement, griffonné rageusement sur un de ces carnet,  on lit : « SCAN 2004 ». En exclusivité Mesdames, Mes demoiselles et Messieurs :  les notes du Dr G.

Mme X est tombée brutalement sur ses fesses…  l’histoire ne dit pas comment… elle ondulait peut être du bassin sur des talons aiguilles de 15 cm ou elle a loupé une marche en portant des agglo dans son pavillon en construction… Aïe dit-elle en se tenant le bas du dos alors qu’elle se relevait…ça fait très mal … je vais aller aux urgences…le temps qu’elle arrive il est 19 heures.. on lui remplit un bon de scanner….3 heures plus tard la patiente est de retour avec un gros paquet de radio sous le bras… le radiologue devait avoir été dérangé au mauvais moment… mais de toute façon ils sont très irritables ces derniers temps… ils passent la nuit à rentabiliser le scanner ( Monsieur le Directeur est d’ailleurs très content et il en a commandé un 2°)… Il a vu arriver Mme X en pensant à son collègue de ville qui, lui, peut regarder à la télé la 2° mi-temps de la demi-finale, les  crampons au pied et la cannette à la main... Toi ma p’tite gare à tes fesses (justement c’est là qu’elle avait mal)… tiens c’est quoi ce truc noir dans le coin…. Allez hop torsion d’ovaire.. si je suis pas près d’aller au lit toi non plus….Bref la nuit avance et elle se retrouve dans une ambulance tout gyrophare dehors en direction du service où œuvre le Dr G présentement de garde… Elle commence à fatiguer la dame mais le scanner fait son effet car maintenant elle a mal au pied d’avoir attendu debout aux urgences.. (à cause des talons hauts). L’interne de gynécologie chevronné lui propose un TV qu’elle refuse très énergiquement  en disant fort à propos qu’elle est venue pour le dos ! « Une petite écho vaginale peut être, toute petite…- Non… » . L’interne au bord des larmes lui propose une écho abdo . Ca elle veut bien, vu que depuis 4 heures qu’elle a pas pu aller au toilette, la vessie est bien pleine…Bref la nuit était bien avancé quand nous avons diagnostiqué un « follicule de 15 mm chez une jeune femme porteuse d’un mirena  qui avait mal au dos suite à une chute »…. C’est beau comme un « truck » chromé un diagnostic comme ça… qui a dit « Vita Brevis, ars longa » alors qu’il suffit de remplir un bon de scanner en début de nuit… 

Comme cette autre patiente qui arrive avec un mal terrible dans le dos, frénétique, irradiant en hémi-ceinture vers le bas survenue après un voyage sur les pavés du Nord… hop Scanner…suivi d’un transfert à 5 heures du matin, en gynécologie pour un gros fibrome de 5 cm vraisemblablement compressif à l’origine de la colique néphrétique. Scanerissimo ! Les gynécologues qui sont encore un peu hospitalier façon Saint-Bernard, ont préféré la garder dans le service avec un bon traitement antalgique avant de la transférer calmement le lendemain matin en urologie où il a été nécessaire de l’opérer pour une sombre histoire de lithiase débordant nos compétences…

Scanner on peut en faire jusqu’au bout de la nuit…

Comme à cette patiente venue pour gastro-entérite  …. Vous savez le truc qui donne des douleurs fortes dans le ventre avec des sueurs puis après on vomit et on court aux toilettes. De nos jours on court au scanner… qui montre une récidive de kyste 3 semaines après une coelio pour kystes. Hop ambulance à minuit pour échographie de contrôle qui confirmera que le scanner a effectivement guéri la récidive de kyste…

Pareil pour cette patiente qu’on a réopéré le lendemain d’une cœlioscopie pour un choc septique qu’on nous expliquera qu’il était du à une perforation de 3 mm sur la 3° anse à partir du haut, la 5° à gauche, là tu suis le colon pendant 15 cm jusqu’à la bifurcation, tu tourne à droite et à 12,5 cm tu tombes sur le trou tu peux pas le rater j’ai mis une flèche sur la radio… 2 heures après le scanner la péritonite avait guéri, c’est sûr on lui a fait une xypho-pubienne pour bien vérifier…. Le choc septique par contre … mais bon les antibiotiques en sont venus à bout…

Mais faut pas exagérer non plus, ça marche pas toujours. Cette mamie transférée en urgence depuis le service d’urgence où elle avait été amenée pour métrorragies … Cette mamie qui pourtant expliquait à qui voulait l’entendre (pour une fois qu’une mamie ne parlait pas que l’alsacien) qu’elle saignait quand elle s’essuyait et qu’on nous avait adressé pour cancer de l’ovaire formellement identifié au scanner n’a pas été guéri miraculeusement de son cancer du rectum diagnostiqué artisanalement en 3 minutes avec un index ganté. Le Dr G propose d’ailleurs qu’on explique aux internes que les oreilles ne sont pas seulement faites pour accueillir les baladeurs, que l’expression orale peut parfois être utilisé autrement que pour téléphoner au radiologue de garde et que les doigts ne sont pas ces tentacules exclusivement destinées à appuyer sur des touches d’ordinateurs… 

Par charité nous ne parlerons pas de cette dysménorrhée sur retour de couche qui a fait l’objet d’un bilan scanner…. Avant de nous être transférée.. n’ayant plus mal..

Ces quelques histoires sont arrivées exclusivement pendant les gardes du Dr G en 2004, il prend 1/8 des gardes du service… Alors 2 solutions : soit, comme c’est extrêmement probable, il est torturé par un confrère maniaque qui plante des aiguilles sur une photo d’un scanner entouré de 2 cierges noirs en chantant des incantations vaudoues chaque fois qu’il est de garde… soit, mais c’est sans doute beaucoup moins probable, il n’a vécu qu’1/8 des aventures scannographies de l’année du service.  A supposer une seconde (mais seulement un seconde promis) que ce soit le cas, il ne s’agît plus d’histoire de chasses mais d’un véritable Safari… Ca serait finalement dommage : ça ressemblerait trop à ces parties de chasse où on lâche des faisans d’élevage qui reviennent immédiatement,  y a que les dingues de la gâchette qui aiment ça.